more from
Rosemarie Records
We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Ciné​-​Parc fantôme

by Antoine Lachance

supported by
Lavinie Cloutier
Lavinie Cloutier thumbnail
Lavinie Cloutier Parce que cette abeille travaille fort! Faites jouer toute son œuvre à la radio, pas juste des tubes! Il y en a combien d'artistes de talents francophones fantômes? Arrêtez les grosses plates-formes d'écoute de musique en continu qui donnent des fractions de cents aux artisans de la musique. Achetez équitable!!!!
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $6.99 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    10 chansons
    Artwork : Marin Blanc

    Includes unlimited streaming of Ciné-Parc fantôme via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $10 CAD or more 

     

1.
Je pense que je serai mort quand le fleuve Saint-Laurent Observera une minute de silence Pour toutes les machines, les navires, les bipèdes insolents Je serai un tas de poussière à la face du monde Soufflé par le grand tsunami de Californie Dans les cheveux d’un beau parfait mal pris avec sa carte de crédit Ce seront des jours sans lendemain Quand les oiseaux ne regarderont plus leur angle mort Y’aura pu de sapiens pognés dans le trafic aérien Un silence refoulé jusque dans les parcs Des fleurs pousseront dans tes traces de pas T’auras jamais vu un perdant sourire comme ça Je te dirai où Je te dirai où Je te dirai où répandre mes cendres Disparu de la surface depuis bien longtemps Frappé par la foudre, fauché par la faux Sur la télé de l’hôpital, ça sera 5-0 Toronto Un baril de pétrole dans un bocal de poissons Le dernier repos d'un bateau sans regrets Qui n'en a rien à foutre que les scies détestent les raies Je te dirai où Je te dirai où Je te dirai où répandre mes cendres Je te dirai où Je te dirai où Je te dirai où répandre mes cendres Je te dirai tout Je te dirai tout Je te dirai tout
2.
Coupable d’aimer trop Et de faire son numéro Elle change souvent de direction Quand il est passé onze heures Je suis le sauveur de la panique Elle m’appelle d'une boite téléphonique Même les downs de ses highs ont de quoi d’admirable Encore une main sur le gouvernail Elle part, elle part pas, je sais pas On tergiverse dans le choix de nos faux-fuyants Je dors, je ne dors pas, on se fait ça Encore s’arracher des bras de Morphée On voudrait bien oublier Où nous sommes nés, où l’on habite Mais l’éléphant blanc c’est le Stade olympique Dénier l’inévitable Pelleter les nuages par en avant On se lègue des dettes sur nos testaments Je ne peux placer un mot Je suis suspendu à ses lèvres Je jongle avec ses meubles dans un escalier Elle part, elle part pas, je sais pas On tergiverse dans le choix de nos faux-fuyants Je dors, je ne dors pas, on se fait ça Encore s’arracher des bras de Morphée
3.
Mal d'amour 04:19
Je ne te regarde plus dans les yeux J’en ai trop sur le cœur Et ton regard que je ne croiserai plus Qui ne me voit plus de la même manière Faire tout pour arrêter de penser Oublier ton exil Dans les impairs de tous les jours Et à travers les détours Saurais-je comment te ramener vers moi ? Saurais-tu quoi dire pour nous faire revivre ? Pour briser ce silence qui nous tuera Si mon nom n'est qu'un soupir, et voilà Pas besoin de rester Si ma présence t'inspire la fuite Libère-nous de nous Y'a plein de chemins différents Que l'on peut prendre sans rendez-vous Et si on était en mal d'amour Saurais-je comment te ramener vers moi ? Saurais-tu quoi dire pour nous faire revivre ? Tant de choses que j'aimerais que l'on se dise Pour briser ce silence qui nous tuera Je n'ai pas la tête bien droite Saurons-nous trouver l'antidote? Car je n’ai pas la tête bien droite Saurais-je comment te ramener vers moi ? Saurais-tu quoi dire pour nous faire revivre ? Tant de choses que j'aimerais que l'on se dise Saurais-je comment te ramener vers moi ? Saurais-tu quoi dire pour nous faire revivre ? Tant de choses que j'aimerais que l'on se dise Pour briser ce silence qui nous tuera Qui nous tuera
4.
Je t’ai vue pour la première fois Dans un fumoir d’aéroport Une escale à Bali pour joindre Sydney Juste assez pour que mon prénom soit oublié C’était sans compter mes élans d’ardeurs Avant l’heure du départ Reviens-moi maintenant Et raconte-moi encore tout ton histoire Depuis, tu me laisses gagner Dans nos échanges, ton fer de lance Éclaire ton visage dans le noir Dis-moi combien de cœurs es-tu allé conquérir ? C’est pas de ta faute C’est le monde dans lequel on vit Je suis comme les autres qui ne savent qu’être éblouis Ce n’est pas de ta faute Et tu mérites beaucoup plus que moi Ma douce belle Élodie Paralysé, apeuré, perdu, dans un brouillard de beaux semblants Un bonjour pour ceci Un adieu pour cela Te fais-tu vraiment du soucis à propos de moi? On s’écrirait pour s’appeler Tout deviendrait incertain On finirait par s’enliser À détester nos lendemains C’est pas de ta faute C’est le monde dans lequel on vit Je suis comme les autres qui ne savent qu’être éblouis Ce n’est pas de ta faute Et tu mérites beaucoup plus que moi Ma douce belle Élodie Repars maintenant dans ce nouveau pays Comme un cerf-volant qui se perd dans l’ouragan Si nos attaches se cassent, et tout est fini Je pleure pour toi, je pleure pour moi C’est pas de ta faute C’est le monde dans lequel on vit Je suis comme les autres qui ne savent qu’être éblouis C’est pas de ta faute C’est le monde dans lequel on vit Je suis comme les autres qui ne savent qu’être éblouis Ce n’est pas de ta faute Et tu mérites beaucoup plus que moi Ma douce belle Élodie
5.
Si je ne suis plus qu’un ami, pourrais-je protéger tes allées et venues dans la nuit pour qu’à la fin, ta tête repose sur mon épaule à l’arrière d’un taxi ? Si je ne suis qu’une histoire ancienne, pourrais-je une dernière fois me fondre dans les vagues de ton souffle et partir en valsant dans les rues du soleil levant ? Ta beauté me fait mal L’impossible est à la paix Ce que la guerre est à ce que l’on se fait La peine est capitale Le condamné a un dernier souhait Aller sentir le parfum de tes cheveux une dernière fois, tu sais Si je ne suis qu’une erreur de parcours, pourrais-je porter ton cœur sur mon dos voir les dernières couleurs à la montagne quand tout devient morne à l’automne ? Si je ne suis plus qu’une blague entre amis, pourrais-je au moins être dans l’agora de la ville, quand tu raconteras l'idiot que je suis, et rire moi aussi ? Ta beauté me fait mal L’impossible est à la paix Ce que la guerre est à ce que l’on se fait La peine est capitale Le condamné a un dernier souhait Aller sentir le parfum de tes cheveux une dernière fois, tu sais Ta beauté me fait mal L’impossible est à la paix Ce que la guerre est à ce que l’on se fait La peine est capitale Le condamné a un dernier souhait Ta beauté me fait mal L’impossible est à la paix Ce que la guerre est à ce que l’on se fait La peine est capitale Le condamné a un dernier souhait Aller sentir le parfum de tes cheveux une dernière fois, tu sais
6.
Songe 04:13
Dis-moi ce qui me retient De conduire les yeux fermés D’ignorer l’écho des hurlements Nager après le point de non-retour Dis-moi ce qui me retient D'oublier les nuits passées à te regarder dormir Les chemins que je traçais dans ton dos Les rideaux tirés trop tôt Songe avant de dire ces mots Comble ton regard avide Côte à côte, car il fait froid Prends mon cœur, mais ne le blesse pas Tu sais la pluie qui se moque de nous Lorsque qu’on a le dos tourné Nous rassemble à la fenêtre des jours entiers Les saisons feront fuir les ans Songe avant de dire ces mots Dis-moi quand tout ça revient Les lignes de ta main, l’envie d’y croire encore Le feu de la vie et tout ce qui en émane Un homme-canon passe par-dessus les douanes Songe avant de dire ces mots Comble ton regard avide Côte à côte, car il fait froid Prends mon cœur, mais ne le blesse pas Tu sais, la pluie qui se moque de nous Lorsque qu’on a le dos tourné Pourtant nous rassemble à la fenêtre des jours entiers Les saisons feront fuir les ans Songe avant de partir
7.
Pourquoi je fume Pourquoi je bois Pourquoi j’me meurs Avant l’trépas Sur la table Le pamphlet de Pinel Y parle d’une lumière Au bout d’un tunnel J’ai gâché ma vie J’suis un château de cartes T’es venue passer la nuit Comme un coup de vent dans mon appart Comment ils font tous ces gens Pour faire l’amour et avoir des enfants Bâtir un havre de paix Et dire ok c’est assez On en a assez fait Y’a deux pieds entre moi et la porte de l’hôpital Tout recommence Tout est fini Tout recommence Tout est fini Quand j’étais petit J’grimpais dans l’arbre Quand du monde entier, j’en étais plus capable Pis là au moins, je sentais le soleil Me mouiller les yeux au travers mon cercueil Que l’existence se bâtit Planche par planche Un genre de banc de scie ramassé dins vidanges Tout ce que ça va prendre Pour retrouver mon cœur J’ai entendu dire qu’ça arrive même aux meilleurs Que c’t’une maladie Que c’est même à la mode D’oublier le psy quand t’as tes épisodes J’suis parti quek part, tu seras sans nouvelles Je suis un courriel qui dit j’m’excuse pour toutte J’suis parti quek part, tu seras sans nouvelles Un grand dérapage, une croix su’ l’bord de l’autoroute Y’a deux pieds entre moi et la porte de l’hôpital Tout recommence Tout est fini Tout recommence Tout est fini Tout recommence Tout est fini Tout recommence Tout est fini J’suis parti quek part tu seras sans nouvelles Je suis un courriel qui dit j’m’excuse pour tout J’suis parti quek part tu seras sans nouvelles Un grand dérapage une croix su’ l’bord de l’autoroute J’suis parti quek part tu seras sans nouvelles Je suis un courriel qui dit j’m’excuse pour toutte J’suis parti quek part tu seras sans nouvelles Un grand dérapage une croix su’ l’bord de l’autoroute
8.
Junkie 03:32
La joie est un coffre-fort Mes malheurs ont les plans de la banque Le cour des jours en otage La lumière qui me manque Je suis un nuage qui porte l’orage Un bateau qui prend l’eau J’avance dans le brouillard Le naufrage m’attend L’encre de mes pensées diluées dans ma mémoire Demain, je pleure, aujourd’hui, je m’en veux L’ombre de mes démons qui toujours m’accompagnent Contre ces vipères, jamais je perds, jamais, je gagne Tu m’as dit ne t’en vas pas Le monde est assez triste comme ça Ton sauvetage n’est pas une métaphore Quand ma boussole perd le nord Mon vaisseau était inondé de peur T’as collé ton oreille sur mon cœur Qu’arrivera-t-il de ma tête en danger Si même ma raison ne m’entend plus pleurer L’encre de mes pensées diluées dans ma mémoire Demain, je pleure, aujourd’hui, je m’en veux L’ombre de mes démons qui toujours m’accompagnent Contre ces vipères, jamais je perds, jamais, je gagne L’encre de mes pensées accrochées dans ma mémoire Demain, je pleure, aujourd’hui, je m’en veux L’ombre de mes démons qui toujours m’accompagnent Contre ces vipères, parfois je perds, parfois, je gagne
9.
Le jusant 04:16
J’ai pas pu te dire au revoir Attachés aux chaînes du vent On s’est pardonnés Dans cet enfer blanc Maintenant, je survis En chantant les affronts Tu m'voyais tel que je suis Le dernier refrain d'une chanson Le long des jours, des torrents d’eau figée Comment ça fait pour faire son chemin et tout briser ? L’éternité sera-t-elle assez Pour que j’y revienne et tout réparer ? Tu perds rien pour attendre La douce lumière qui réveille Couchés dans l’herbe on a le temps Un autre tour du soleil Emportés par le jusant C’est déjà la fin Tant de choses que je te dirais Mais, pour si peu, je ne suis pas fini Pour l’instant, je dors Le long des jours, des torrents d’eau figée Comment ça fait pour faire son chemin et tout briser ? L’éternité sera-t-elle assez Pour que j’y revienne et tout recommencer ?
10.
Tu es passé du désir au berceau Comme une musique quand on lui met des mots Tes premiers cris déchirant la nuit Donnaient un nouveau sens à nos vies Et ces souvenirs qui me reviennent Ne font rien pour alléger ma peine On voulait te protéger de tout Mais on t'a pas protégé de nous Où sont les belles années Où sont les belles années Où sont les belles idées Où sont les belles années On a vieilli et on s'est fait vieillir De nos erreurs et de nos repentirs Et tous ces cris déchirant tes nuits C'était la mort de l'amour quand elle fait du bruit Parce que les raisons et les bonnes intentions Ça n'empêche pas la fin des saisons On voulait te protéger de tout Mais on t'a pas protégé de nous Où sont les belles années Où sont les belles années Où sont les belles idées Où sont les belles années Où sont les belles années Où sont les belles années Où sont les belles idées Où sont les belles années

credits

released November 5, 2021

Paroles et musique: Antoine Lachance
*excepté

Mal d’amour
paroles: François Larivière
musique: Antoine Lachance

Belle Élodie
paroles: Antoine Lachance et François Larivière
musique: Antoine Lachance

Junkie
paroles et musique: Antoine Lachance et François Larivière

Les belles années
paroles et musique: Rudy Stephen Caya

Réalisation, arrangements et direction artistique: Antoine Lachance
Prise de son: Antoine Lachance à La grosse maison rose
Mixage: Patrice Pruneau
Matriçage: Trillium Sound Mastering
Graphisme: Marin Blanc
Photos: Jean-Philippe Sansfaçon
Script édition: François Larivière
Maison de disques: Rosemarie Records
Éditions: Kay Productions Musique
Production: Antoine Lachance
Gérance: Guillaume Ruel

Antoine Lachance: voix, guitares, pedal steel, pianos, basse, claviers, harmonica, enregistreur à ruban, design sonore

Louis-Étienne Sylvestre: basse
(1-2-3-5-6-8-9-10)

Alex Kirouac: batterie et percussions
(1-2-3-5-6-8-9-10)

Mariko Lavallée Durand: chœurs
(2-3-4-9)

Nadia Baldé: chœurs (2-3-4-9)
Melissa Pacifico: chœurs
(2-3-4-9)

Maxime Reed-Vermette: batterie et percussions
(3-4-7)

Bruno Laurence Joyal: trombone (8-9)

Benoit Rocheleau: vibraphone et xylophone
(1-2-6-10)

Camille Gélinas: piano et synthétiseurs
(1-2-5-9)

2021 Antoine Lachance. Sous licence exclusive avec Rosemarie Records.

license

all rights reserved

tags

about

Antoine Lachance Montréal, Québec

Le parcours d’Antoine Lachance le mène aux quatre coins du pays avec son premier album, Cimetière d'avions, lancé en 2016. Finaliste au FICG et grand gagnant de Ma première Place des Arts, il participe ensuite à de nombreux projets. Son deuxième album homonyme propose des chansons plus personnelles portées par des mélodies accrocheuses. Son troisième album Ciné-Parc fantôme est paru le 5 nov 2021. ... more

contact / help

Contact Antoine Lachance

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Antoine Lachance, you may also like: